Cette semaine on fait un bond en arrière de 59 ans. Retour en 1957, pour le premier film de Sidney Lumet avec Henry Fonda dans le rôle principal : 12 HOMMES EN COLÈRE.

12-hommes-en-colere-1957-06-g

 

FICHE : 
° Réalisateur : Sidney Lumet
° Acteurs principaux : Henry Fonda, Lee J. Cobb, Jack Klugman, Martin Balsam, E. G. Marshall, Jack Warden, John Diedler, Ed Begley, Joseph Sweeney, Jiri Voskovec, Ed Binns, Robert Webber, John Savoca, Rudy Bond, Billy Nelson.
° Adaptation du livre : Twelve Angry Men, une pièce de théâtre écrite par Reginald Rose en 1953, après que celui-ci est assisté à un procès assez macabre (de quoi on ne sait pas).
° Durée : 1h36

Premier film pour un premier coup de maître. Sidney Lumet réussi par le biais de son premier long-métrage un double exploit et propulse ainsi son film dans les classiques du 7ème art. Le réalisateur innove le style filmique en proposant un huit clos digne d’un Agatha Christie et en confrontant douze hommes dans une seule pièce en temps réel. Mais c’est aussi un vif plaidoyer et une attaque délibérée face à un état et une justice inégalitaire. 59 ans plus tard le film est toujours d’actualité et pourrait encore se transposer comme le miroir de notre XXIème siècle.

SYNOPSIS :

Le film commence sur la fin d’un procès. Les douze jurés doivent alors se retirer et délibérer dans une salle à part sur la culpabilité de l’accusé. Ces derniers doivent juger si un jeune homme de 18 ans est coupable -ou non- de parricide. S’il est accusé par les douze hommes alors, il ira tout droit à la chaise électrique… Un premier vote est mis en place. 11 votes : coupable contre un homme : non coupable, qui ne peut se résoudre à appliquer un tel jugement sans en parler (Henry F.). Il déclare alors avoir un « doute légitime » sur la culpabilité de l’accusé. Les débats, les preuves et la persuasion vont alors commencer.

Twelve Angry Men 2

POURQUOI LE REGARDER ? 

Fans de suspense, d’intrigues et d’enquêtes ? Douze hommes en colère est un huis clos qui se révèle pratiquement parfait -parce que la perfection n’existe pas- car les scènes d’intro et de fin se déroulent à l’extérieur de la pièce principale.

En début du film, Henry Fonda est la seule personne à ne pas voter coupable et s’attire immédiatement la colère des autres jurés. Pourtant, au fur et à mesure de ses explications, de ces petits « détails » que les avocats avaient soignés de ne pas commenter, Henry F. étaye de plus en plus sa théorie du doute valable qui trouve preneur auprès d’autres membres du jury. Petit à petit, les jurés retournent leur veste… et finalement, après réflexion, peut-être que l’affaire a été bâclée trop rapidement ? Histoire d’envoyer un jeune garçon latino-américain croupir sur la chaise électrique ? Après tout, on s’en fout de la basse vermine des quartiers chauds de NY. Sous la chaleur, dans la transpiration, l’énervement et l’heure qui ne cesse de tourner c’est une vraie bataille pour la justice qu’entreprend Fonda contre 11 citoyens américains issus de toutes les catégories sociales.

Arrivera-t-il à tous les convaincre ou devra-t-il au contraire se résoudre à suivre la foule comme un mouton par peur du jugement des autres ?

12-hommes-en-colere-1957-05-g

NOTE FINALE : 10/10. Parce que finalement la perfection existe.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.