Maître de l’angoisse. Maître du suspens. Hitchcock a toujours su décortiquer le monde  à sa manière et imposer son point de vue des conflits sociaux ou psychologiques. Cette semaine, on essaiera de décrypter l’un de ses chefs-d’oeuvre, Fenêtre sur cour.

Fiche :

° Réalisateur : Alfred Hitchcock

° Acteurs : James Stewart, Grace Kelly, Wendell Corey,

° année : 1954

° durée : 1h52

fenetre-sur-cour-5

Synopsis :

Jeff, personnage central, est immobilisé chez lui avec une jambe dans le plâtre. Malgré les visites de sa fiancée, Lisa et de son infirmière, Jeff meurt d’ennuie jour après jour, et ne peut s’empêcher d’observer ses voisins via sa fenêtre. Et c’est que Jeff a de la chance dans son malheur, toutes les fenêtres de l’immeuble sont ouvertes. Ce qui lui laisse tout le temps d’épier. Alors il y a un compositeur, des jeunes mariés avides de sexe à longueur de journée, un vieux couple et leur petit chien, une vieille fille, une danseuse,  et Mr et Mrs. Thorwald toujours en conflit…. Un soir d’orage, le tonnerre le réveille et en regardant par la fenêtre, il remarque l’étrange comportement de Mr. Thorwald ainsi que la disparition de sa femme. Peu à peu il acquiert la conviction que ce dernier à assassiner son épouse. 

Pourquoi le regarder  ? 

Ce ne sera pas une surprise si je vous le dis, mais on s’accorde tous sur le fait que Hitchcock est l’un -voire- le maître du suspens. Parmi ses nombreux films, Fenêtre sur cour se classe certainement dans le podium du top 3. Parfaitement construit du début à la fin, il comporte la portée morale la plus grande parmi le reste de ses films. À ce titre, fenêtre sur cour se rapproche plus d’un film de Resnais qu’un blockbuster hollywoodiens à suspens.

239905-jpg-r_1280_720-f_jpg-q_x-xxyxx

Plusieurs approches de lecture

James Stewart ( Jeff ) est l’incarnation du spectateur et la cour qu’il contemple, une représentation de sa pensée. Une sorte de mise en abîme, la fenêtre est un écran dans l’écran. Le film va bien au-délà de son scénario de base. Le premier point est de savoir si ce que l’ont voit par la fenêtre est une projection fantasmagorique du personnage. Hitchcock avait répondu :

« De l’autre côte de la cour, vous avez chaque genre de conduite humaine, un petit catalogue des comportements. Ce que l’on voit sur le mur de la cour c’est une quantité de petites histoires, c’est le miroir d’un petit monde. » 

avant de continuer :

 » Jeff ne voit que des actions qui illustrent le problème de l’amour et du mariage. Il y a la femme seule sans mari ni amant, les jeunes maniés qui font l’amour toute la journée, le musicien célibataire qui s’enivre, la petite danseuses que tous les hommes convoitent, le couple sans enfant qui a reporté leur attention sur leur chien et le couple marié dont les disputes sont de plus en plus violentes. Jusqu’à la disparition de la jeune femme. »

 

rear-window-james-stewart

Mais l’art du film réside dans la maîtrise du réalisateur de maintenir le spectateur en haleine. Toujours  dans le même entretien avec Truffaut, il déclare que ce qu’il l’a le plus intéressé c’est la gageure technique : réaliser un seul et immense décor vu par les yeux du même personnage. Grâce à ce semi « huis-clos », Hitchcock rend le spectateur semblable à un chasseur de coupable.  Vous l’avez compris, l’axe principal du film c’est bien le thème du voyeur, abondamment utilisé au cinéma… pour des scènes érotiques. Mais les films d’Hitchcock ont toujours des sous-entendus érotique, regardez plus attentivement la prochaine fois.

Des scènes remarquablement filmés :

L’ouverture du film démarre sur la cour du héros, endormie, puis la caméra glisse peu à peu sur le visage de James en sueur. Puis sur sa jambe plâtrée. Avant de terminer sur une table où l’on voit son appareil photo brisé et une pile de magazines. En un seul mouvement, Hitchcock réussit à nous faire comprendre qui est le personnage, son métier et ce qui lui est arrivé.

Note finale : 8/10 .

Autres films à voir du même auteur : Pas de printemps pour Marnie / La mort aux trousses / Sueur froide. 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.