Exit les super-héros classiques. Tous ces justiciers de l’ombre, prêts à sacrifier leur vie au péril de la veuve et de l’orphelin. Trop gentils, trop de morale comme Daredevil : « toutes les personnes ont le droit à un jugement équitable. » On en a marre. On dit stop.

Aujourd’hui, les héros, les justiciers qui ont la côte, ce sont ceux qui osent -enfin- braver la loi. Qui font leur propre loi. Alors on pense à Deadpool, au Punisher et j’en passe. Mais pas que, pour les lecteurs habitués des comics, Mark Millar est un génie dans l’écriture de scénario des bandes dessinées. Il nous plonge directement, et littéralement, à l’intérieur du bouquin, avec des histoires sombres, tragiques, hors-normes. Et surtout, des personnages qui, la plupart du temps, sont surtout des criminels ou ont un passé pas très glorieux.

« La vengeance est un plat qui se mange froid »

Un costume, une cape, un masque. Nemesis a tout l’attirail pour être un super-héros… s’il en était un. Cette fois Mark Millar met en avant un super-méchant. Non, que dis-je, c’est un anti-héros, c’est un super-criminel ! Si dans Wanted (succès de 2000 de Millar), on assistait à la lente progression du héros dans l’univers  des malfrats, cette fois, dans Nemesis, on arrive directement à son apogée. À l’intérieur de ces quatre chapitres, vous allez suivre les péripéties du plus grand puissant super-criminel du globe. Qui compte bien défier, tuer et humilier tout ceux qui lui ont fait du tort. Ou peut-être juste pour le plaisir. Un voyage où la violence, qui est à son paroxysme, devient presque grotesque face à ce héros immaculé de blanc. Le graphisme est porté par McNiven qui vous propulse dans l’univers sombre et gore du comics. Bref une pépite, un vrai « revenge comic ».

Super-héros, mythe ou réalité ?

Autrefois, et pendant longtemps, le but des super-héros était de protéger, sauver, conserver la paix entre les communautés. Mais face à une nouvelle menace qui vient de l’intérieur, cette fois-ci les super-héros semblent impuissants.

Une fois encore, Mark Millar surprend et réinterprète le mythe des héros grâce à sa nouvelle histoire : 3004044-jl1phantomJupiter’s Legacy. Si tout n’est pas noir et blanc, et que la politique ainsi que les comics font rarement bon concubinage, Millar réussit -encore et toujours- à relier l’existence des super-héros avec l’une des plus grandes crise financière et politique de notre époque. Un scénario qui ne démontre que trop bien l’impact que peuvent avoir les supers-hommes sur une population « ordinaire ». Au final Jupiter’s Legacy raconte simplement l’histoire d’une fille hors-norme, rebelle, qui se retrouve propulsée au sein d’une guerre familiale… à portée internationale. Avec une intrigue bien ficelée, une bonne dose de provocation, un dessin qui se veut réaliste, et un fond plus que pertinent, Jupiter’s Legacy est bel et bien une pépite à adopter sur son étagère.

 

A propos de l'auteur

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.